L’épargne-études pour votre enfant est probablement l’une de vos priorités, en plus de l’épargne pour d’autres objectifs à court et à long terme. Voilà pourquoi il est important de veiller à ce que chaque dollar que vous investissez dans l’épargne pour les études postsecondaires de votre enfant soit exploité au maximum.

Le coût des études

Aujourd’hui, les étudiants canadiens paient plus de 16 000 $ en moyenne pour une année complète d’études postsecondaires. La facture se chiffre donc à plus de 66 000 $ pour un programme de quatre ans. Il est probable que le coût soit plus élevé d’ici à ce que votre enfant soit prêt à entreprendre des études collégiales ou universitaires.

L’avantage de poursuivre des études

Les études postsecondaires favorisent l’ouverture des esprits — et des portes, sans compter qu’elles peuvent être rentables sur le plan financier. En fait, les diplômés collégiaux et universitaires canadiens gagnent 40 % de plus que les non-diplômés, et jouissent d’une plus grande sécurité d’emploi pendant les périodes de récession.

Trois stratégies pour accroître l’épargne-études pour votre enfant :

1. Présentez une demande pour obtenir la Subvention canadienne pour l’épargne-études

Lorsque vous cotisez un montant annuel de 2 500 $ à un régime enregistré d’épargne-études (REEE), vous recevrez la Subvention canadienne pour épargne-études (SCEE) annuelle. Vous pouvez accumuler des SCEE jusqu’à concurrence de 7 200 $ pour votre enfant. De plus, le montant reçu au titre de la SCEE peut fructifier en même temps que vos propres fonds et stimuler la croissance de votre épargne-études.

2. Évitez de payer de l’impôt

Cotisez jusqu’à 50 000 $ par enfant à un REEE ou jusqu’à concurrence de votre plafond de cotisation personnel à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), et votre argent pourra fructifier à l’abri de l’impôt tant qu’il demeurera dans le compte enregistré. Étant donné que vous n’avez pas à payer de l’impôt chaque année sur les gains en capital, les dividendes et les intérêts, une plus grande part de votre argent continue de s’accumuler, ce qui vous permet de vous rapprocher de votre objectif.

Lorsque votre enfant effectue un retrait du REEE pour payer ses études, il paie de l’impôt — mais probablement à un taux moins élevé que le vôtre. Les retraits d’un CELI ne sont pas assujettis à l’impôt.

3. Diversifiez

Le fait d’investir dans un portefeuille diversifié vous permet de choisir des solutions présentant un potentiel de croissance et d’assurer la gestion des risques, par exemple des fonds communs de placement et des fonds distincts. Vous pouvez aussi faire en sorte que votre portefeuille soit adapté à votre horizon de placement (avant le début des études de votre enfant) et à votre tolérance au risque. À mesure que votre enfant grandit, vous pouvez ajuster vos placements en fonction des fluctuations du marché et pour atténuer le risque.

Afin de vous assurer de profiter au maximum des occasions de croissance de l’épargne pour les études postsecondaires de votre enfant, n’hésitez pas à consulter un conseiller, qui pourra vous aider à combiner ces stratégies ainsi qu’à maximiser l’épargne-études de vos enfants et leurs chances de réussite.

En savoir plus sur ce sujet :

Gouvernement du Canada – Coût des études postsecondaires

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) – Education at a Glance 2011 (en anglais)

Gouvernement du Canada – Information au sujet du régime enregistré d’épargne-études (REEE)

Ce que les gens ayant votre profil ont aussi regardé

Avez-vous des questions?

Communiquez avec nous