Comment planifier et épargner en vue des études de votre enfant, même si ses plans changent

Pour vous aider à épargner en vue des études de votre enfant, établissez un plan financier souple qui évoluera avec ses objectifs professionnels.

Qui sait si votre enfant voudra devenir médecin, professeur, plombier ou chef, ou fera un autre choix? Vous ne le savez pas — c’est pourquoi les parents ont intérêt à commencer à épargner le plus tôt possible en vue des études de leur enfant, pour qu’il puisse choisir sa carrière.

Quel sera le coût des études de votre enfant?

Le coût des programmes d’études préoccupe la plupart des étudiants et des parents. Les frais de scolarité varient grandement selon l’établissement d’enseignement et la discipline. Par exemple, en 2014–2015, les droits de scolarité moyens des étudiants universitaires de premier cycle au Canada étaient les suivants :

  • 4 510 $ pour les études en éducation
  • 7 151 $ pour les études en génie
  • 10 508 $ pour les études en droit
  • 11 173 $ pour les études en pharmacie
  • 12 959 $ pour les études en médecine
  • 18 187 $ pour les études en soins dentaires

Trois stratégies qui peuvent assurer la souplesse de votre plan d’épargne pour les études.

1. REEE et autres véhicules

Les régimes enregistrés d’épargne-études (REEE) ont des avantages intéressants :

  • Les Subventions canadiennes pour l’épargne-études (SCEE) accroissent vos cotisations annuelles de 20 %, sous réserve d’un maximum de 500 $ par année, jusqu’à concurrence de 7 200 $ par bénéficiaire.
  • Les sommes que vous investissez profitent d’une croissance à l’abri de l’impôt jusqu’à ce que votre enfant commence à retirer des fonds pour financer ses études postsecondaires.

Toutefois, un REEE est assujetti à un plafond de cotisation à vie de 50 000 $, et les SCEE ainsi que l’épargne accumulée doivent généralement servir à financer un programme d’études admissible. 

Vous pouvez envisager d’investir d’autres sommes pour financer les études de votre enfant dans deux comptes faisant l’objet de moins de restrictions :

  • Un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) vous permet de verser une cotisation annuelle maximale de 5 500 $, de faire fructifier votre épargne à l’abri de l’impôt et de la retirer pour n’importe quelle raison. 
  • Un compte non enregistré (ouvert) vous permet de verser la somme que vous voulez et de la retirer pour n’importe quelle raison. 

2. Revoyez votre plan.

Réévaluez votre stratégie d’épargne quand votre enfant sera adolescent et commencera à faire son choix parmi diverses possibilités de carrière. Si votre enfant semble :

  • pencher pour des études qui coûtent cher, vous pouvez envisager de doubler vos cotisations au REEE tout en continuant de profiter des avantages d’un SCEE; 
  • ne pas opter pour des études collégiales ou universitaires, mettez l’accent sur un CELI et un régime d’épargne non enregistré. 

3. Assurez-vous d’avoir accès à d’autres fonds.

Vous n’avez pas besoin de tout faire vous-même. Dans de nombreux cas, votre enfant pourra avoir accès à des fonds additionnels provenant d’autres sources :

Pour discuter avec votre enfant de son avenir et faire des plans, consultez un conseiller qui peut vous recommander d’autres stratégies pour maximiser l’épargne-études de votre enfant, assurer la souplesse de votre plan et permettre à votre enfant de réaliser ses rêves professionnels.

Articles connexes