La santé mentale et le bien-être des employés sont devenus une question de plus en plus préoccupante. Les entreprises veulent créer des régimes d’assurance collective qui offrent plus de soutien dans ce domaine.

  • Vos employés s’absentent-ils davantage ces temps-ci?
  • Les niveaux de productivité sont-ils en baisse?
  • Y a-t-il plus d’employés en invalidité de courte durée?
  • Est-ce que les coûts augmentent en raison de la hausse des absences et de la baisse de productivité?

Les problèmes de santé mentale représentent 70 % de tous les coûts liés à l’invalidité.1

Cette page contient des outils qui vous aideront à élaborer une stratégie complète en matière de mieux-être mental :

Évaluez vos données de base

Permet de déterminer l’état de santé mentale actuel de vos employés et de prendre des décisions éclairées lors de l’élaboration de programmes de santé mentale et de mieux-être.

Consultation et structure du régime

Consultation et recommandations en vue de fournir un examen approfondi de votre structure de régime. Les experts de Manuvie peuvent vous aider à interpréter les données et à prendre des décisions éclairées.

Habiliter les gestionnaires et bâtir votre culture d’entreprise

Fournir aux gestionnaires les outils et les ressources dont ils ont besoin pour améliorer et maintenir le mieux-être mental de leurs employés.
 

Fournir les bons outils

Fournir aux employés et aux gestionnaires les bons outils au bon moment, comme les soins virtuels, le Programme d’aide aux employés et aux membres de leur famille (PAEF), le programme de médecine spécialisée, etc.

Il est important que les gestionnaires comprennent la différence entre la santé mentale et la maladie mentale. Ces termes sont souvent utilisés de façon interchangeable, mais en fait, ils ne veulent pas dire la même chose. Le milieu de travail a un rôle à jouer dans les deux cas. La santé mentale se résume à la manière dont une personne se sent et à sa capacité de faire face aux problèmes et de les résoudre de manière efficace. Elle comprend nos pensées, nos émotions, nos sentiments, nos rapports sociaux et nos relations. Il y a des choses que l’on peut faire pour améliorer sa santé mentale, un peu comme faire de l’exercice pour protéger notre santé physique.

La maladie mentale peut se résumer à ce qui se produit lorsqu’un changement perturbe la santé mentale d’une personne. Le changement peut perturber ses pensées, son humeur et ses comportements. Ces pensées et ces sentiments peuvent entraîner de la détresse chez la personne et l’empêcher de faire face aux difficultés ou de résoudre des problèmes de manière efficace. À l’instar des maladies physiques, il y a probablement quelqu’un de votre organisation qui est atteint d’une maladie mentale en ce moment.

Les organisations, gestionnaires et employés ont tous un rôle à jouer dans la promotion d’un environnement de travail favorisant le mieux-être mental. La formation en santé mentale à l’intention des gestionnaires et des employés, de même que les processus, les programmes et la culture d’entreprise se combinent pour créer un milieu de travail sûr et solidaire.

28 % des employés ont quitté leur emploi en 2021 ou ont l’intention de le quitter en 2022, et 61 % d’entre eux affirment que leur départ est motivé par leur mauvais état de santé.2

La culture d’entreprise est essentielle au bien-être mental des employés d’une organisation. La formation des gestionnaires est une composante essentielle de la culture d’entreprise et est au cœur de la stratégie en matière de santé mentale. Cette formation en santé mentale fournira aux gestionnaires des outils qui les aideront à améliorer et à préserver le bien-être mental de vos employés.

Ces quatre séances de formation en ligne à l’intention des gestionnaires, offertes sans frais à tous les clients de Manuvie, mettent l’accent sur les stratégies de leadership favorisant la santé mentale.

  1. Les problèmes de santé mentale dans le marché du travail canadien
  2. La gestion des problèmes de santé mentale en milieu de travail
  3. Soutien à la réussite des employés
  4. Stratégies organisationnelles contribuant à la santé mentale

Les modules présentent des situations réelles en milieu de travail et des interactions entre l’employé et l’employeur. Les gestionnaires acquièrent les compétences et les informations nécessaires pour gérer ces situations quand elles se produisent.

Le gouvernement fédéral estime que 3 millions de Canadiens, âgés de 18 ans ou plus, sont atteints d’un trouble de l’humeur ou de l’anxiété.

En janvier 2022, Recherche en santé mentale Canada a indiqué que dans près de la moitié des ménages canadiens au moins une personne avait reçu un diagnostic de trouble de l’humeur. Ce chiffre a augmenté de 7 % à 8 % depuis le début de la pandémie.5 Et la prévalence des problèmes de santé mentale pourrait être encore plus forte. On estime que jusqu’à la moitié des Canadiens présentant des symptômes de troubles de l’humeur n’ont pas encore reçu de diagnostic.4

« Avec un traitement adéquat, de nombreuses personnes atteintes de troubles de l’humeur et d’anxiété s’en tirent bien dans leur vie personnelle et au travail », affirme Georgia Pomaki, directrice principale, Meilleures pratiques en santé mentale, Invalidité et Vie à Manuvie. « Cependant, lorsqu’elles ne reçoivent pas le traitement dont elles ont besoin, elles peuvent avoir plus de difficulté à travailler, et des aménagements du travail sont souvent nécessaires. »

Il peut s’agir de modifier le nombre d’heures travaillées, le type de travail à effectuer ou la façon dont le travail est effectué. Il y a aussi un plus grand risque d’absences non planifiées et d’invalidité.7

Premièrement, il est important de donner aux employés le sentiment qu’ils exercent un contrôle sur leur travail. Cela permettrait d’apporter plus de certitude aux employés, qui en ont bien besoin en ces temps incertains. Par exemple, confiez à vos employés la responsabilité d’organiser leur travail comme ils l’entendent. Soyez créatif et ouvert d’esprit. Il y a toujours des moyens de donner plus d’autonomie à quelqu’un, ce qui, on le sait, donne plus de sens au travail. Le sens peut faire office d’antidote à l’épuisement professionnel. Vous pouvez aussi essayer de renforcer les liens. Cela pourrait se faire au moyen de rencontres individuelles régulières entre les gestionnaires et les membres de l’équipe. Et en posant la question « Comment vas-tu? » au début de la rencontre.

Portez attention aux changements dans le comportement d’un employé ou d’un collègue. Par exemple, est-il plus tranquille qu’à l’habitude? A-t-il l’air plus fatigué? Est-il en retard aux réunions, contrairement à ses habitudes? Ou fait-il plusieurs commentaires négatifs ou ne semble pas intéressé?

Si vous êtes un gestionnaire et que vous remarquez de tels changements, commencez par en parler avec votre employé. Parlez-lui et dites-lui qu’il vous paraît différent.

Donnez quelques exemples de ces changements de comportement et faites preuve d’empathie au cours de ces conversations. Parfois, les gens ne se rendent pas compte qu’ils renvoient une image différente au travail. Écoutez, puis validez ce qu’il vous dit.

Cette première conversation est très importante. Vous n’avez pas à trouver de solution sur-le-champ, mais vous ouvrez une voie de communication que vous pourrez utiliser plus tard pour offrir de l’aide et des ressources.

Quelle formation les gestionnaires pourraient-ils suivre pour développer des compétences utiles pour aider les employés à gérer le changement et à renforcer leur résilience?

Nous croyons que la culture d’entreprise est essentielle pour le bien-être mental des employés de votre organisation. La formation des gestionnaires est un volet essentiel de la stratégie en matière de culture et de santé mentale en milieu de travail. Les ressources de formation sont conçues dans le but de fournir aux gestionnaires les outils dont ils ont besoin pour améliorer et préserver la santé mentale des employés.

Consultez notre page « Responsabilisation des gestionnaires » pour connaître la gamme de produits et services de formation à l’intention des gestionnaires. 

Au Canada, trois personnes sur dix ont reçu un diagnostic d’anxiété ou de dépression depuis le début de la pandémie de COVID-19.3