Les soins de santé mis en pause?

Par Donna Carbell
Chef, Assurance collective
Communiquez avec Donna sur LinkedIn.

Nous devons continuer à prendre soin de nous-mêmes et des autres.

Nous commençons à voir des signes du printemps au Canada, ce qui me rend toujours enthousiaste à l’idée de voir ensuite l’été arriver et de passer plus de temps à relaxer avec mes amis et ma famille. Et, avec la campagne de vaccination massive à l’horizon, je suis optimiste, comme beaucoup d’entre vous sans doute, quant au retour à la « normale » dans un avenir pas si lointain.

Pour l’instant (et pour de bonnes raisons), bon nombre de nos activités préférées sont toujours en pause. Mais notre propre santé ne devrait jamais être mise en pause.

Moins de tests = moins de résultats

Au début de la pandémie, l’accès aux médecins et au système de soins de santé est devenu plus compliqué. Des tests, des évaluations, des traitements, des interventions chirurgicales et d’autres actes importants ont été retardés alors que nous apprenions à faire face au virus.

Après le confinement initial, le système a tenté de se rattraper, mais certains comportements de patients avaient changé. Certaines personnes ont décidé d’éviter ou de repousser les soins. C’est compréhensible : plutôt que de consulter un médecin, les gens ont peut-être jugé qu’il était plus sécuritaire d’attendre que le virus disparaisse. Mais la pandémie a persisté et le virus a muté. Nous faisons face à une perturbation beaucoup plus longue que la plupart d’entre nous auraient pu l’imaginer.

Un virus touchant l’ensemble des soins de santé

À la fin octobre, un article du Globe and Mail (en anglais seulement) rapportait que la pandémie – et la réaction des gens à celle-ci – avait des répercussions importantes sur la santé des Canadiens1, non seulement en ce qui concerne le virus lui-même, mais aussi en ce qui concerne la façon dont d’autres maladies sont diagnostiquées et traitées.

L’article du Globe and Mail se base sur de solides preuves et révèle que, comparativement aux années précédentes, des maladies graves ne sont pas diagnostiquées. Partout au pays, au cours du printemps et de l’été derniers, les nouveaux diagnostics de cancer ont chuté de 20 à 40 %2 par rapport à 2019. Cela a des répercussions considérables pour le système de santé en matière de résultats et de coûts. Sans parler du fardeau qu’un diagnostic tardif impose aux patients, aux familles et aux employeurs.

Il est peu probable que la pandémie guérisse le cancer ou réduise les risques de maladies cardiaques. Cette réduction du nombre de nouveaux diagnostics est peut-être attribuable au fait que les gens évitent les rendez-vous, les tests de dépistage, les évaluations et peut-être même les traitements. Par ailleurs, nous comprenons que plus les diagnostics de ces maladies sont tardifs, plus les maladies peuvent être difficiles à traiter, ce qui entraîne des problèmes de santé plus graves et des scénarios plus pessimistes.

Cela demeure une préoccupation pour les fournisseurs de soins de santé. Dans un reportage de la CBC (en anglais seulement) de février 2021, les hôpitaux de la région d’Ottawa ont exprimé leurs craintes par rapport au fait que les gens prennent trop à cœur le décret de maintien à domicile de l’Ontario, négligeant leurs propres soins médicaux essentiels3.

Que pouvons-nous faire? Je pense que nous pouvons commencer par encourager les membres de nos familles, nos amis et nos collègues à prendre soin d’eux-mêmes et à continuer de se rendre à leurs rendez-vous médicaux et de suivre leur routine le plus possible. Oui, c’est peut-être moins pratique et plus compliqué à cause des nouvelles mesures en place, mais cela peut aussi permettre de déceler une affection qui, non découverte, pourrait avoir des effets dévastateurs.

Participants au régime : prenez soin de vous-même, consultez votre médecin

En tant qu’employeur, vous avez une entreprise et des employés à protéger. Vous pouvez envoyer un message clair aux employés : Prenez soin de vous. Ne remettez pas vos rendez-vous. Ne reportez pas les traitements ou les tests, s’ils sont offerts. Faites tout ce qu’il faut pour prendre soin de vous-même. Et profitez des services offerts dans le cadre de votre régime d’avantages sociaux.

C’est le genre de message qui est mis bien en évidence sur le site Web de l’Ontario Medical Association :

« La vigilance pendant la pandémie de la COVID-19 est essentielle. Bien que la distanciation physique soit importante, il est prioritaire que vous vous occupiez de vos problèmes de santé urgents, que ce soit en vous rendant au cabinet de votre médecin, dans une clinique pour diagnostic ou de médecine spécialisée ou en salle d’urgence à l’hôpital. De nombreuses consultations peuvent même être effectuées par téléphone et il existe des services de soins virtuels. Appelez le cabinet de votre médecin à l’avance pour savoir comment obtenir les soins dont vous avez besoin tout en assurant la sécurité de tout le monde4 [Traduction libre]. »

Je suis en mesure de vous dire que, en tant que fournisseur d’assurance collective, nous sommes à la recherche de nouvelles occasions et de nouveaux partenariats qui nous permettront d’offrir des programmes qui rendront le dépistage plus facile et plus accessible. Il y a du travail à faire, et nous sommes déterminés à vous aider à offrir à vos employés les bons soins au bon moment. Parce que lorsqu’il est question de rendez-vous et de tests médicaux, il ne faut pas mettre notre santé en pause.

1, 2 Globe and Mail, Crucial early cancer diagnoses being missed amid COVID-19 pandemic priorities [https://www.theglobeandmail.com/canada/article-crucial-early-cancer-diagnoses-being-missed-amid-covid-19-pandemic/] (consulté le 3 décembre 2020).
3 CBC, Missed appointments, delayed care concern Ottawa hospitals [https://www.cbc.ca/news/canada/ottawa/health-care-ottawa-trend-missed-appointments-delayed-care-1.5899527] (consulté le 23 février 2021).
Ontario Medical Association [www.oma.org] (consulté le 23 février 2021).