Loi, ordre et analyse avancée

Par Donna Carbell
Chef, Assurance collective
Suivez Donna sur LinkedIn

Grâce à la technologie, nous détectons les demandes de règlement inappropriées autrement.

Vous avez peut-être lu des articles dans les médias à propos de robots utilisés par les forces de l’ordre. Dans certaines situations, les robots effectuent des patrouilles de routine, ce qui libère du temps pour les agents humains. Dans d’autres cas, les robots sont conçus pour jouer un rôle beaucoup plus périlleux, comme repérer et désamorcer des bombes. Bien que le secteur des avantages sociaux n’utilise pas les robots et la technologie de façon aussi spectaculaire et hollywoodienne, nous nous appuyons sur la technologie avec beaucoup de réussite pour lutter contre la fraude.

Mois de la prévention de la fraude

Mars est le mois de la prévention de la fraude. C’est le mois où les organisations concernées redoublent d’efforts pour informer les Canadiens des risques auxquels ils font face et des mesures à adopter pour se protéger contre les fraudeurs, les escroqueries et autres tromperies.

Nous sommes tous vulnérables. Qui n’a jamais entendu parler de personnes, d’organisations, de sociétés et même de gouvernements victimes de fraude? Il est troublant d’apprendre que, depuis le début de la pandémie au début de l’année dernière, il existe une toute nouvelle vague de fraude directement liée à la COVID-19. Que le crime implique d’importantes sommes d’argent ou de plus petites sommes, une chose est certaine : il est inacceptable que des gens subissent des dommages, financiers ou autres, en raison d’individus qui trompent sciemment des organisations ou des personnes pour leur propre profit.

Le gouvernement canadien a repéré de la fraude directement liée à la pandémie de COVID-19 :

Entre le 6 mars 2020 et le 10 janvier 2021

  • Signalements de fraude liée à la COVID-19 au Canada : 10 237
  • Victimes de fraude liée à la COVID-19 au Canada : 8 583
  • Pertes financières attribuables à la fraude liée à la COVID-19 : 7 000 000 $

Source : Centre antifraude du Canada

Dans le secteur de l’assurance collective, je crois que nous finirons par gagner la bataille contre la fraude lorsque chaque participant comprendra la valeur de son régime et son fonctionnement, et lorsque nous lui aurons inculqué une responsabilité envers la viabilité à long terme et la réussite de son régime. Comme c’est souvent le cas, je pense que plus une personne se soucie d’une chose et comprend la valeur qu’elle lui apporte, plus elle aura envie de la protéger, de l’utiliser de façon appropriée et de s’exprimer lorsqu’elle voit ou sent quelque chose qui semble louche.

La technologie au service du bien

Bien que la sensibilisation des participants et la conception des régimes soient toujours les pierres angulaires de toute stratégie de prévention de la fraude, de grands progrès ont été réalisés grâce à de nouveaux outils puissants qui peuvent aider à détecter la fraude et à mettre fin aux demandes de règlement inappropriées.

Nous savons tous comment la technologie est utilisée à mauvais escient (pensons au vol d’identité, au piratage de données, aux rançongiciels, etc.). Il est donc naturel de penser que la technologie est néfaste. Eh bien non! En fait, la technologie est un outil beaucoup plus puissant si elle est mise au service du bien, dans le cas présent, de la prévention.

Par exemple, à Manuvie, nous traitons 100 % des demandes de règlement avec nos outils d’analyse avancée des données. En tirant parti de nos millions d’opérations, nous sommes en mesure de traiter chaque demande de règlement en détectant des tendances, des éléments déclencheurs, des signaux d’alarme et d’autres signes indiquant la nécessité d’une intervention ou d’une enquête.

L’impossible est devenu possible

Il n’y a pas si longtemps, il aurait été difficile, voire impossible, d’accorder à chacune des quelque 250 000 demandes de règlement que nous traitons chaque jour le degré d’attention dont nous faisons maintenant preuve en temps réel grâce à l’automatisation. Grâce à l’analyse avancée, notre équipe est plus efficace et peut consacrer son temps à des situations qui nécessitent plus d’attention et des enquêtes plus poussées.

Par conséquent, nous pouvons prévoir et déclencher des examens avant que la demande de règlement soit remboursée. Nous pouvons gérer les fournisseurs si nous avons des préoccupations au sujet de leurs pratiques commerciales*, et nous sommes mieux en mesure de repérer les cas d’abus au sein d’un régime. Cela permet de protéger le régime contre les demandes de règlement et les paiements inappropriés, tout en contribuant à l’élaboration d’un programme d’avantages sociaux durable pour vos employés.

J’aimerais pouvoir prédire que la fraude en assurance disparaîtra un jour. Pour l’instant, des efforts constants, soutenus et intenses de la part des assureurs, des banques, des gouvernements, des employeurs et des particuliers sont requis pour garder une longueur d’avance. Je suis toutefois convaincue qu’en intégrant l’analyse des données et d’autres innovations dans nos efforts, nous ferons de grands pas en avant, voire des bonds de robot. Et nous avons les données pour le prouver!

Apprenez-en davantage sur les efforts de prévention de la fraude de Manuvie :www.manuvie.ca/protectionduregime.
Jetez un coup d’œil à la campagne « La fraude = La fraude » de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes.
* Ces pratiques commerciales douteuses peuvent inclure la soumission de demandes de règlement inappropriées, l’abus de prestations éventuelles ou des mesures disciplinaires prises par un organisme de réglementation.
En lire plus de Donna Carbell : Dans cet article, Donna parle d’une récente vague de demandes de soutien en ligne en matière de santé mentale et de la popularité grandissante de la thérapie numérique.