Préoccupations concernant le diabète et la COVID-19

Un siècle s’est écoulé depuis que la découverte de l’insuline a donné espoir et vie à des patients diabétiques partout dans le monde. Nous nous sommes entretenus avec Pavithra Ravi, pharmacienne et directrice principale des produits au sein de l’équipe Régimes d’assurance médicaments de Manuvie. Pav a fait part de certaines observations inquiétantes au sujet de la COVID-19 et du diabète.

  1. Près de deux ans se sont écoulés depuis qu’on a tiré la sonnette d’alarme pour la première fois au sujet de la COVID-19. Pendant que nous étions tous préoccupés par la pandémie, d’autres problèmes de santé importants ont été relégués au second plan, du moins du point de vue de l’attention du public, au cours des 24 derniers mois. Est-il juste de dire que le diabète est l’un de ceux-là?

    Absolument. Le diabète était qualifié d’épidémie silencieuse avant même l’apparition du coronavirus. Il s’agit d’une affection qui touche plus de trois millions de Canadiens, soit environ 9 % de la population. De plus, presque autant d’adultes canadiens (6,1 %) présentent un risque élevé de développer la maladie1.

    Pendant la pandémie, nous avons tous vu comment les efforts pour gérer la COVID-19 dans différents territoires ont produit des résultats différents. D’après Diabetes Canada, en ce qui concerne le diabète et contrairement au coronavirus, le pays n’a aucune stratégie pour faire face à la crise. Selon Diabetes Canada, cela signifie que toutes les 24 heures :
    • plus de 20 Canadiens meurent de complications liées au diabète;
    • 480 Canadiens de plus reçoivent un diagnostic de diabète;
    • 14 Canadiens subissent l’amputation d’un membre inférieur;
    • le système de soins de santé dépense 75 millions de dollars pour traiter le diabète2.

    Je crois que le pays a besoin d’une stratégie pour faire face à cette maladie. Avec le vieillissement de la population, les effets et les coûts du diabète vont continuer à augmenter.
     
  2. Les deux dernières années ont-elles rendu les choses plus difficiles pour les personnes diabétiques?

    De mon point de vue de pharmacienne, je dois répondre par l’affirmative. Lorsque l’accès aux services médicaux a été restreint pour prévenir la propagation de la COVID-19, de nombreuses personnes souffrant de maladies chroniques ont vu leurs soins interrompus. Il y avait beaucoup moins de dépistage et il était plus difficile de gérer les complications liées à la maladie.

    L’exercice et une bonne alimentation sont des moyens importants de gérer le diabète. Pendant la pandémie, il a été plus difficile de s’assurer que ces deux choses se produisent, en particulier pendant le confinement.

    Plus récemment, des recherches suggèrent une relation bidirectionnelle entre le diabète et la COVID-19. Il existe des données probantes suggérant que les personnes diabétiques risquent de souffrir de conséquences plus graves si elles contractent la COVID-19. De plus, le fait d’avoir le virus pourrait favoriser le développement futur du diabète. Cela semble attribuable à l’effet du virus sur le pancréas, à la réponse de l’organisme à l’infection et aux effets de certains médicaments utilisés pour traiter les cas graves de la COVID-193.

  3. Il y a donc d’autres choses à surveiller à mesure que nous en apprenons sur le lien entre la COVID-19 et le diabète. Nous savons déjà que le diabète peut imposer un fardeau aux personnes qui en sont atteintes (et à leur famille). Quelle est l’incidence du diabète sur le travail?

    Eh bien, cela peut se traduire par une absence du travail pour les personnes qui tentent de gérer elles-mêmes leur maladie, ou pour les conjoints, les conjoints de fait ou les parents de personnes atteintes de la maladie.

    En ce qui concerne les employeurs et leurs régimes d’avantages sociaux, nous constatons que le diabète est l’une des principales catégories de dépenses en médicaments. Express Scripts Canada constate que, en 2020, d’après son évaluation des demandes de règlement, les dépenses liées au diabète ne sont dépassées que par le coût du traitement des maladies inflammatoires. De plus, n’oubliez pas que les maladies inflammatoires impliquent souvent des médicaments de spécialité très onéreux4.
     
  4. Is there any good news that you can share? What’s next on the horizon in the fight against diabetes?

    Il se passe certainement de bonnes choses. La technologie nous apporte de nouveaux dispositifs médicaux qui aident les patients diabétiques à mieux gérer leur maladie, tout en offrant des plans de traitement moins invasifs. Des médicaments continuent d’être mis au point et améliorés. 

    En 2021, le monde a célébré le 100e anniversaire de la découverte de l’insuline par une équipe de médecins de l’Université de Toronto5. Avant cela, le diabète était une maladie mortelle. Et il y a à peine un an, aucun d’entre nous n’avait été vacciné contre la COVID-19. Ce sont deux étapes importantes dans le domaine médical. 

    Je pense donc qu’il y a beaucoup à attendre de nos efforts pour prévenir, traiter, gérer et peut-être un jour guérir le diabète et d’autres maladies chroniques.

Les produits d’assurance collective sont offerts par La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers. Manuvie, le M stylisé et Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence. C. P. 2580, succ. B, Montréal (Québec)  H3B 5C6. © La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers, 2021. Tous droits réservés.