Comment tirer parti des tensions pour un leadership fructueux

 

12 mai 2022

Tim Arnold - président, Leaders for Leaders

Tim Arnold a passé plus de 20 ans à aider des clients comme les Nations unies, la Banque Royale du Canada et Compassion International à gérer la complexité, à accroître la résilience et à produire des résultats. En tant que conférencier et consultant recherché, il aide des gestionnaires du monde entier à exploiter le superpouvoir de la pensée « les deux/et » dans un monde où l’on s’en tient trop souvent au « soit/ou ». Au-delà du leadership et du développement d’équipe, Tim est un passionné de pêche, un grand voyageur et un très mauvais joueur de hockey.

Dans le cadre de vos fonctions de gestionnaire, avez-vous essayé de résoudre l’un de ces problèmes?

  • Faire preuve d’optimisme ou de réalisme
  • Adopter le changement ou préserver la stabilité
  • Mettre l’accent sur les bénéfices ou sur les objectifs
  • Avoir des attentes ou faire preuve de grâce
  • Prendre soin des autres ou de soi-même
  • Renforcer la confiance ou rester humble

Et si le véritable problème consistait à présumer que ces situations peuvent être résolues? Les gestionnaires efficaces comprennent que certains des plus grands défis auxquels ils font face ne sont pas des problèmes à résoudre, mais plutôt des tensions à gérer.

Comment pouvez-vous exploiter le pouvoir des tensions saines? Ce n’est pas aussi difficile que vous le croyez. Les tensions sont entièrement prévisibles. Voici les cinq vérités au sujet des tensions que chaque gestionnaire doit comprendre pour réussir.

  1. Les tensions ne peuvent pas être « réglées » – bien que votre instinct puisse vous pousser à trouver la bonne réponse pour faire disparaître les tensions, ne vous laissez pas berner! Il n’y a pas d’habitudes à adopter, d’étapes à suivre ou de solution miracle pour résoudre le dilemme. Les tensions sont des éléments que vous devrez gérer tant que vous serez gestionnaire. La question n’est pas « Ai-je résolu ce problème? », mais plutôt « Est-ce sain ou malsain? ».
  2. Prendre parti n’est pas une solution durable  encore une fois, bien que votre instinct puisse vous pousser à choisir un camp et à passer à autre chose, cela va se retourner contre vous à chaque fois. Les deux parties entre lesquelles une tension règne sont interdépendantes, ce qui signifie que chacune a besoin de l’autre pour maintenir un rapport sain. Se concentrer sur une partie et négliger l’autre va toujours miner leur vision et leurs valeurs. Par exemple, un changement excessif au détriment de la stabilité entraînera chaos et confusion. La stabilité excessive au détriment du changement entraînera stagnation et désuétude.
  3. Qui dit résistance dit sagesse – votre instinct en matière de résolution de problèmes vous poussera à vouloir éliminer la résistance. Vous pourriez penser à premier abord que si une personne résiste à vos pensées, à vos idées ou à vos valeurs, c’est qu’elle ne vous comprend tout simplement pas ou, pire encore, qu’elle s’oppose à vous. Les gestionnaires efficaces savent toutefois que lorsque les choses sont tendues, ceux et celles qui voient la situation d’un autre point de vue peuvent leur offrir une perspective dont ils ont besoin. Comme nos angles morts peuvent mener à des prises de décision vulnérables ou même dangereuses, la meilleure façon de passer de notre point de vue limité à la compréhension de la situation dans son ensemble est de surmonter les défis, la résistance et l’opposition des autres.
  4. Ce n’est pas une question de compromis – une approche de résolution de problèmes consiste à connaître des victoires ou des défaites ou, au besoin, à faire des compromis. Cependant, le compromis suppose que les deux parties renoncent à certaines choses pour parvenir à un terrain d’entente, ce qui fait que l’on aboutit à une version édulcorée des valeurs des deux parties. Au lieu de faire des compromis, trouvez un moyen de mettre en œuvre toutes les valeurs des deux parties au fil du temps. Par exemple, ne vous contentez pas de certaines des valeurs d’acceptation du changement et de certaines des valeurs de préservation de la stabilité. Faites plutôt en sorte de profiter de tous les avantages des deux parties.
  5. Le mot « ET » est puissant – les experts en résolution de problèmes adorent utiliser le mot « mais ». Lorsque quelqu’un voit les choses d’un point de vue opposé qui va à l’encontre de nos idées, notre réponse commence habituellement par le mot « mais ». Malheureusement, « mais » est l’un des mots les plus polarisants qui soient; il repousse les gens et leur donne l’impression que vous vous opposez à eux. Optez plutôt pour le mot « et ». « Et » vous oblige à ralentir vos pensées, aide l’autre personne à réaliser que vous ne vous opposez pas à elle, et crée un pont dans votre conversation au lieu d’un mur.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de Tim Arnold et ne représentent pas nécessairement celles de Manuvie.

Liens connexes :