Être malade peut coûter plus cher que vous ne le croyez

6 mai 2022

Eric Egan
Directeur principal, Produits
Manuvie

 

Bon nombre d’entre nous ne tiennent pas compte du coût total que peut entraîner une maladie tant qu’un être cher ne tombe pas malade. La vérité, c’est que cela peut présenter un défi très personnel.

J’ai récemment discuté avec deux collègues de l’incidence de la maladie sur leur famille. Brittany s’est ouverte sur la difficulté de prendre soin de sa mère pendant ses études universitaires.

« Je n’arrivais pas à gérer mes études, mes visites à l’hôpital et un emploi à temps partiel, alors j’ai dû quitter mon emploi, a-t-elle dit. Mon revenu n’était plus suffisant, mais je dépensais plus pour l’essence, le stationnement et d’autres choses, comme la nourriture à la cafétéria de l’hôpital. Cela a fini par faire beaucoup. »

Ces frais peuvent devenir un fardeau financier pour une famille dont le revenu est déjà réduit. Ma collègue Viviane a accumulé les frais de déplacement pour le traitement de son mari, tout en jonglant avec les soins de ses deux jeunes enfants.

« En six mois, les coûts se sont élevés à plus de 5 000 $ », a-t-elle dit.

Cela peut forcer les participants à prendre des décisions financières coûteuses.

« Nous avons cessé de cotiser à notre épargne-retraite pour joindre les deux bouts », a admis Viviane.

Le défi consiste à s’assurer que les gens ont une protection financière suffisante. Il faut d’abord savoir que le gouvernement pourrait ne pas tout couvrir si vous tombez malade. Alors, quelles sont les options offertes?

De nombreux employeurs offrent une assurance invalidité collective qui prévoit le versement d’une partie de votre salaire si vous êtes incapable de travailler. Et de plus en plus, les entreprises offrent dans leur régime collectif une assurance maladies graves facultative qui prévoit le versement d’une somme forfaitaire si vous recevez un diagnostic de maladie couverte.

Ces options peuvent permettre aux participants de se concentrer sur leurs proches plutôt que sur des préoccupations financières. Mais j’ai écrit un article sur la façon dont les employés négligent souvent ces options lorsqu’ils adhèrent aux garanties.

C’est pourquoi la sensibilisation des participants est très importante. Elle peut les aider à comprendre la différence entre les deux types de couvertures et les raisons pour lesquelles ils devraient envisager les deux.

Voici un aperçu : 

Assurance invalidité Assurance maladies graves
Remplace une partie du revenu du participant s’il n’est pas en mesure de travailler.  Prévoit le versement d’une somme forfaitaire si le participant reçoit un diagnostic de maladie couverte.
Généralement offerte dans le cadre d’un régime collectif, aux frais de l’employeur ou de l’employé. Si la couverture est offerte dans le cadre d’un régime collectif, il s’agit habituellement d’une option payée par l’employé.
Les prestations pourraient être exonérées d’impôt, selon qui paie la couverture.

La somme forfaitaire est versée en franchise d’impôt.

Les régimes de base ne prévoient le versement que d’un pourcentage du revenu; il pourrait donc il y avoir un manque à gagner. Somme forfaitaire que le participant peut utiliser à sa discrétion.

Manuvie peut également vous aider. Nous avons des documents d’information à l’intention des participants et offrons des webinaires et d’autres séances d’information à l’intention des employés. Nous pouvons aussi être présents (sur place ou virtuellement) si vous animez une foire sur le mieux-être.

Vous pouvez aussi contribuer à sensibiliser les employés à l’égard de ce à quoi les gens sont confrontés lorsqu’ils tombent malades. Chaque entreprise compte des employés vivant des situations comme celle de Brittany ou de Viviane. Invitez-les à raconter leur histoire. Plus les gens sont sensibilisés à cet égard, plus ils verront les avantages et la protection que l’assurance peut leur offrir.

Et si votre entreprise veut commencer à offrir une couverture, le moment présent est idéal pour le faire. Nous avons amélioré notre couverture d’assurance maladies graves cette année.

Nous couvrons maintenant 25 affections, et l’admissibilité est plus rapide. Seule une période de survie de 14 jours est requise pour le versement des prestations. C’est la moitié du temps auparavant requis.

Notre couverture comprend également le versement de prestations en cas d’affections multiples et l’admissibilité à un second événement de cancer.

Le versement de prestations en cas d’affections multiples signifie que si vous présentez une demande de prestations pour une affection couverte, vous demeurez admissible à des prestations additionnelles si une autre affection couverte survient*.

L’admissibilité à un second événement de cancer signifie que si vous présentez une demande de prestations relativement à un cancer et que vous ne recevez aucun traitement depuis cinq ans, vous pourriez être en mesure de présenter une deuxième demande pour un autre type de cancer*.

En tant que promoteur de régime, vous pouvez choisir un modèle de régime qui prévoit également une assurance maladies graves pour les conjoints des participants selon divers montants et tranches.

Notre assurance maladies graves couvre les affections suivantes :

Maladies graves dues au cancer
Cancer (mettant la vie en danger)
Maladies cardiovasculaires graves
Chirurgie de l’aorte
Pontage coronarien
Crise cardiaque (infarctus du myocarde)
Remplacement des valvules cardiaques
Cardiopathie congénitale (pour laquelle une chirurgie correctrice a été effectuée)
Accident vasculaire cérébral
Autres maladies graves
Maladie d’Alzheimer
Anémie aplasique
Méningite purulente
Tumeur cérébrale bénigne
Cécité
Coma
Surdité
Insuffisance rénale (néphropathie terminale)
Perte d’autonomie
Perte de membres
Perte de l’usage de la parole
Défaillance d’un organe vital ou de la moelle osseuse et en attente d’une greffe
Greffe d’un organe vital ou de moelle osseuse
Maladie du motoneurone
Sclérose en plaques
Infection à VIH contractée au travail
Paralysie
Maladie de Parkinson
Brûlures graves
Autisme
Paralysie cérébrale
Fibrose kystique
Trisomie 21 (ou syndrome de Down)
Dystrophie musculaire
Diabète insulinodépendant (diabète de type 1)

Veuillez communiquer avec votre représentant de Manuvie pour obtenir des précisions.

* Des conditions, des restrictions et des exclusions peuvent s’appliquer. Pour en savoir plus, veuillez vous reporter au contrat.

Les témoignages mentionnés dans l’article sont fournis par des employés de Manuvie.

Liens connexes