Obstacles au mieux-être : la fatigue mentale

March 18, 2022

En avez-vous assez d’être fatigué dès votre réveil?

Tout le monde se réveille fatigué à l’occasion. Mais pour certains, c’est jour après jour. La fatigue mentale nous touche tous.

Et si nous n’y voyons pas, notre productivité décline et nous pouvons commencer à présenter des symptômes physiologiques et psychologiques, explique Lindsay Bell, conseillère principale en gestion de la santé à Manuvie.

Selon Mme Bell, la liste des symptômes est longue, mais certaines des manifestations les plus courantes sont les suivantes :

  • concentration difficile,
  • problèmes de mémoire,
  • difficulté à prendre des décisions,
  • impression persistante d’épuisement,
  • irritabilité accrue (surtout à l’égard de choses qui ne posaient pas problème auparavant),
  • insomnie,
  • perte d’appétit,
  • maux de tête.

Plus longtemps nous ignorons le problème, plus il a de chances d’engendrer de l’anxiété, de la dépression et un véritable épuisement professionnel.1

La fatigue mentale n’est pas un phénomène nouveau, dit Mme Bell, mais la pandémie de COVID-19 l’exacerbe probablement.

« Une raison pour laquelle les gens ressentent une plus grande fatigue mentale avec la COVID-19 est qu’ils ont beaucoup plus de décisions à prendre et qu’ils essaient de suivre le rythme de l’évolution rapide de cette pandémie », dit-elle.

« Quelles sont les plus récentes restrictions? Est-ce que je me fais vacciner? Qui devrais-je admettre dans notre cercle social restreint? J’ai perdu mon emploi. Comment vais-je payer mes factures? Je ne me sens pas bien. Devrais-je me faire dépister? » – Mme Bell explique que « le fait d’être inondé de décisions est épuisant ».

Tout cet épuisement a peut-être des répercussions négatives sur nous et sur le milieu de travail. Selon les résultats du sondage effectué pour le Rapport Mieux-être 2021 de Manuvie, 63 % des employés affirment qu’ils ne font pas des choix santé en raison de leur fatigue mentale.2

Près de 40 % des répondants affirment qu’ils ne font pas assez d’exercice, 69 % ne s’alimentent pas bien et 29 % disent qu’ils ne dorment pas suffisamment.2

Et cela a une grande incidence sur le milieu de travail. Les entreprises ont perdu 41 jours ouvrables par employé en raison d’absences pour maladie et de présentéisme, selon le Rapport Mieux-être 2021.2

Mme Bell mentionne qu’il existe une variété d’outils pour aider à gérer la fatigue mentale et offre des conseils sur la façon dont les dirigeants d’entreprise peuvent aider à gérer la fatigue de leur personnel.

Définir les limites du travail

« Selon le Rapport Mieux-être de Manuvie, 48 % des répondants présentent au moins un enjeu de santé mentale lié au travail – l’équilibre étant l’un des principaux enjeux », indique Mme Bell.1

« Si nous voulons donner le meilleur de nous-mêmes au travail et dans notre vie personnelle, nous devons établir des limites saines. Des limites qui nous permettent de nous reposer et de refaire le plein d’énergie, dit-elle, et comme il y a plus de gens qui travaillent à domicile, la tentation et la capacité de continuer à travailler sont présentes. Nous devons changer le discours sur ce que cela signifie de se reposer et de faire le plein d’énergie, et nous devons nous donner la permission de prendre soin de notre bien-être mental. »

Mme Bell indique qu’il est essentiel pour les gestionnaires qui veulent combattre la fatigue au sein de leur équipe d’offrir aux employés des horaires variables et de donner l’exemple.

« Pour les gestionnaires, cela peut signifier d’éviter d’organiser des réunions pendant la pause du dîner ou à la fin de la journée lorsque les parents doivent gérer leurs enfants. Pour les employés, il peut s’agir d’indiquer que vous n’êtes pas disponible durant la pause du dîner afin que vous puissiez vous arrêter pour manger, aller marcher pour vous éclaircir les idées ou écrire dans votre journal pour vous libérer de vos pensées stressantes », dit Mme Bell.

« Nous avons récemment vu le gouvernement provincial de l’Ontario essayer d’aider les citoyens à concilier le travail et la vie personnelle. En vertu de la nouvelle Loi de 2021 visant à œuvrer pour les travailleurs de l’Ontario, il incombe aux employeurs d’établir une politique de déconnexion du travail, dit-elle.3 Cela va certainement se manifester différemment d’une entreprise à l’autre et c’est vraiment une bonne façon d’engager la conversation – nous sommes loin des résultats souhaités, mais c’est au moins un pas dans la bonne direction. Ce serait formidable si d’autres provinces emboîtaient le pas avec des lois semblables. »

Créer des occasions pour tisser des liens

Mme Bell affirme que la fatigue peut s’aggraver, surtout pour les travailleurs en télétravail ou isolés, et pour ceux qui sont très stressés ou qui donnent des soins à d’autres. La collaboration et le tissage de liens peuvent faire partie des solutions dont votre milieu de travail a besoin.

Le Rapport Mieux-être a révélé que plus de la moitié des employés (51 %) ont éprouvé un sentiment de solitude.2 Mme Bell indique que la solitude était un problème avant la pandémie, mais qu’en raison des restrictions sociales et de travail, la COVID-19 a créé de nouveaux défis.

Selon elle, nous sommes des êtres sociaux par nature et la possibilité de tisser des liens avec ses coéquipiers sur le plan personnel manque aux gens.

« Nous devons donc faire preuve de créativité pour recréer ces occasions de contact, qu’il s’agisse de moments entre deux collègues ou, plus largement, d’activités de renforcement d’équipe, dit-elle. Ce n’est pas facile, étant donné que de nombreux employeurs auront des travailleurs à distance et sur place. La clé est donc d’avoir un plan et d’avoir un intérêt sincère à ce que vos employés se sentent mobilisés par leur travail et aient de bonnes relations avec leur équipe. »

Vous ne savez pas comment faire? Demandez-leur. Vous seriez surpris de voir à quel point ces solutions peuvent être simples si vous demandez l’avis des employés.

Simplifier la prise de décision

Les gestionnaires peuvent favoriser un environnement qui combat la fatigue, bien que la responsabilité soit partagée, selon Mme Bell. Les gestionnaires peuvent fournir des conseils pour aider les employés à commencer.

Mme Bell suggère de se concentrer sur les décisions qui relèvent de notre contrôle et d’y aller petit à petit – de prendre les choses un jour à la fois.

« Plus notre horizon de planification est lointain, plus nous avons de décisions à prendre. La planification excessive peut en fait nous amener à nous sentir encore plus dépassés », explique Mme Bell.

Elle dit que vous pouvez éviter cette situation en simplifiant les choses.

« Songez à établir des règles de base; des règles que vous êtes prêt à respecter, dit Mme Bell. Lorsque votre journée de travail est terminée, prenez l’habitude d’éteindre votre ordinateur. Le fait de ne pas entendre les alertes sonores des courriels élimine le sentiment d’urgence de répondre. »

« Si vous avez des problèmes de sommeil, établissez des règles sur l’heure à laquelle vous allez au lit, l’heure à laquelle vous fermez la télévision et les écrans, l’heure à laquelle vous prenez votre dernière boisson alcoolisée ou caféinée. »

Mme Bell affirme que l’établissement de règles de base comme celles-ci dans sa vie personnelle aide à automatiser certaines décisions, ce qui réduit le stress qui y est lié.

Promouvoir les ressources existantes

Rappelez-vous et rappelez à vos employés les ressources qui sont déjà à votre disposition.

« Vous seriez surpris du nombre de fois que les employés ignorent les options offertes. Lorsqu’une personne a déjà de la difficulté à prendre des décisions, il peut être difficile pour elle de trouver l’aide qui lui est offerte. Prenez le temps d’informer régulièrement votre personnel de ce qui est offert et de la façon d’y accéder », explique Mme Bell.

Si un programme de mieux-être est offert dans le cadre du travail, encouragez les employés à s’en prévaloir. « En tant que gestionnaires, vos actions sont remarquées. Ne vous contentez pas de promouvoir les ressources, mais utilisez-les vous-mêmes – joignez le geste à la parole », dit Mme Bell.

Offrez une formation sur la santé mentale à vos gestionnaires. Selon Mme Bell, « il faut donner aux gestionnaires les outils et les ressources nécessaires pour reconnaître les difficultés des employés. Savoir comment gérer le rendement pendant ces moments contribue grandement à répondre aux préoccupations avant qu’elles ne s’aggravent. Et cela favorise un milieu de travail psychologiquement sain. »

Mme Bell indique que de nombreux régimes d’avantages sociaux comprennent un programme d’aide aux employés et aux membres de leur famille (PAEF). Ces programmes offrent diverses formes de soutien aux employés et à leur famille sans frais.

Elle mentionne que de nombreux régimes d’assurance collective couvrent également le counseling et les services de santé mentale. Assurez-vous que le personnel comprend tout ce qui est couvert.

Certains employeurs ont des groupes-ressources d’employés qui peuvent aider à rapprocher les intérêts communs et à combattre le sentiment d’isolement, dit Mme Bell.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le PAEF et d’autres ressources à l’intention des employés, veuillez communiquer avec votre représentant de Manuvie.

Éliminer les obstacles au mieux-être

La fatigue mentale n’est qu’un des obstacles au mieux-être que nous avons révélé dans le Rapport Mieux-être de Manuvie. Restez à l’affût d’autres articles qui vous aideront à éliminer ces obstacles dans votre milieu de travail.

 

1 Pandemic fatigue: One-in-three Canadians report struggles with mental health; 23% say they’re ‘depressed’

2 Manulife 2021 Wellness Report 

3 https://news.ontario.ca/fr/backgrounder/1001032/loi-de-2021-visant-a-oeuvrer-pour-les-travailleurs