25 Mai 2020 | 18:09 minutes | Épisode 3

Ce balado est fourni à titre informatif et il est publié en anglais seulement. il ne remplace PAS l’aide d’un thérapeute ou d’un professionnel de la santé autorisé.

Pour votre santé globale, il est primordial que vous et votre famille trouviez des moyens de demeurer actifs pendant la pandémie.

Il s’agit d’une entrevue avec David Hatch, entraîneur personnel et coordonnateur du centre de conditionnement physique à Manuvie.

M. Hatch aborde les sujets suivants :

  • (6:04) les cours de conditionnement physique en ligne offerts à Manuvie;
  • (8:08) le niveau d’activité physique souhaitable pour les enfants;
  • (9:09) des conseils de sécurité pour les débutants;
  • (10:25) des façons de motiver les enfants à faire de l’activité physique;
  • (12:07) des idées d’activité à faire dans de petits espaces;
  • (13:35) le conditionnement physique adapté aux adolescents;
  • (16:16) des conseils pour faire de l’activité physique en famille. 

Notre invité

Portrait of Nicolas Samaan

David Hatch est le coordonnateur du programme de conditionnement physique de Manuvie. Il est passionné par l’idée d’accompagner les employés de Manuvie afin qu’ils adoptent une approche plus saine et plus équilibrée à l’égard de leur journée de travail. M. Hatch est titulaire d’un diplôme d’associé en arts spécialisé en éducation physique du collège Northeastern Oklahoma et d’un diplôme en gestion de la condition physique et du mode de vie du collège George Brown. Il est également entraîneur personnel certifié SCPE (Société canadienne de physiologie de l’exercice), spécialiste en entraînement personnel (CanFitPro), ainsi qu’instructeur de cyclisme, de yoga, de girya (kettlebell) et de Bosu. Il détient des certifications de Functional Movement Systems (FMS) et de la Canadian Aquafitness Leaders Alliance (CALA), et la certification RCR/DEA.

M. Hatch croit qu’un mode de vie sain doit viser tous les aspects de la vie. Ancien athlète provincial et boursier de la National Collegiate Athletic Association (NCAA), présentateur de conférences sur le conditionnement physique et participant à des compétitions de girya (kettlebell) et de Ironman 70.3, il connaît l’importance du travail acharné. M. Hatch s’investit dans la communauté en encadrant des jeunes joueurs de hockey et de baseball.

Transcription

GREG :

Bonjour à tous et bienvenue au balado Faire preuve d’humanité produit par Manuvie pour aider les Canadiens à rester en bonne santé sur le plan physique, mental et financier pendant la pandémie de COVID-19.

Je m’appelle Greg Bisch et je travaille à Manuvie.

Aujourd’hui, nous parlerons surtout des façons de garder la forme en famille et de maintenir les enfants actifs. Ce balado est fourni à titre d’information seulement et ne constitue pas des conseils en matière de santé.

Il va sans dire évidemment que vous devez consulter votre médecin concernant les exercices que vous allez essayer.

Je suis en compagnie aujourd’hui de David Hatch, entraîneur personnel agréé comptant près de 20 ans d’expérience dans le secteur de la santé et de la condition physique. Il est membre de l’équipe responsable de l’expérience au centre de conditionnement physique de Manuvie.

Bienvenue David, nous sommes heureux de vous compter parmi nous pour ce balado Faire preuve d’humanité. Comment allez-vous?

DAVID :

Je vais plutôt bien. Aussi bien qu’on peut l’être. Merci de m’avoir invité, Greg.

Je suis très heureuse d’être ici!

GREG :

Merci d’avoir accepté l’invitation. Pour notre troisième épisode de Faire preuve d’humanité, nous allons parler des façons de garder la forme en famille, mais surtout de ce qu’on peut faire pour maintenir les enfants en santé pendant qu’ils sont isolés à la maison.

En prévision de cette entrevue, nous nous sommes rencontrés à quelques reprises.

Virtuellement, bien sûr.

Garder les enfants en santé à la maison fait aussi partie de vos passions.

DAVID :

Oui, je travaille dans le domaine de la condition physique en entreprise depuis près de 20 ans maintenant. Cela dit, j’ai deux jeunes enfants, et c’est une de mes passions. J’adore être avec eux. Je fais du bénévolat auprès de leurs équipes de hockey et de baseball, et j’aime vraiment être avec eux.

Ils ont sept et dix ans. En fait, le mois prochain, ils auront sept et dix ans pour tout dire. Ils sont assurément une de mes passions. Mais c’est aussi un peu difficile de jongler avec les choses en ce moment, comme tout le monde le sait, avec la situation de l’école et du travail, et de rester en forme, de gérer le temps passé devant un écran et tout le reste.

Alors oui, je me ferai un plaisir de vous faire part de mes réflexions.

GREG :

Vous avez un enfant de dix ans et un autre de sept ans. C’est un garçon qui a dix ans, si j’ai bien compris?

DAVID :

Oui, Nathan a dix ans et ma fille Maya en a sept.

GREG :

Merveilleux.

Ils ont une bonne différence d’âge, alors j’imagine qu’ils ne partagent pas beaucoup de champs d’intérêt.

DAVID :

Si, ils s’entendent plutôt bien. Dans l’ensemble, ça se passe bien.

Il est plutôt gentil avec elle, mais en même temps, elle en profite parfois. Comme la plupart des enfants.

GREG :

C’est à ça que servent les frères et sœurs!

DAVID :

Oui, c’est comme exciter la bête.

GREG :

Alors, comment faites-vous pour les maintenir actifs?

DAVID :

Chaque jour, c’est différent.

C’est différent tout en étant pareil.

Comme vous le savez, on est toujours à la maison, toujours dans notre quartier et, bien sûr, on respecte les mesures de distanciation sociale.

GREG :

Mais c’est un peu tout le temps comme le jour de la Marmotte.

DAVID :

Exactement! Chaque jour, on se demande : « Qu’est-ce qu’on va faire aujourd’hui? » C’est là qu’il faut trouver des idées. Comme la plupart des enfants, ils sont rivés à leur iPad, à leurs écrans ou à tout ce qu’ils font à l’intérieur.

Vous savez, lâcher tout ça pour sortir et faire bouger toute la famille est excellent, non seulement pour les enfants, mais aussi pour la santé mentale et physique de tout le monde.

Nous essayons de trouver des moyens de le faire. Mai est le mois de la santé mentale, et la science a démontré que le fait de sortir et de bouger contribue à améliorer notre humeur et notre système immunitaire, c’est ce que nous recherchons tous.

Même avant d’installer les enfants pour leurs travaux scolaires, il est important de les faire sortir, car ça les calme et les aide à se concentrer sur la tâche à accomplir. Nous cherchons vraiment des idées pour y arriver.

En prévision de ce balado sur la santé des enfants, je me suis demandé avec qui je pourrais en parler. Puis, j’ai entendu parler de quelque chose que Manuvie fait sur Facebook.

Votre collègue Kristy fait des exercices d’étirement de yoga sur Facebook le mardi à 7 h 30 du matin.

Et vous faites une séance d’entraînement, appelée le Garage Grind de David, le jeudi matin à 7 h 30.

Il s’agit d’une séance d’entraînement complet d’environ 30 minutes. Vous vous adressez aux personnes de tous les niveaux de condition physique et vous leur donnez des instructions qui les aident à s’adapter.

Voulez-vous en parler un peu plus en détail avant que nous commencions?

DAVID :

Oui, tout le monde s’intéresse aux options en ligne en ce moment, et Manuvie nous a demandé de donner des cours en ligne afin d’encourager les gens à bouger.

Alors, avec un strict minimum, comme tout le monde travaille de la maison, je n’étais pas sûr de ce qu’on devait faire, de la façon dont on devait procéder, mais on s’est lancé.

Il suffit d’aller dans le garage, il n’est pas nécessaire que tout soit parfaitement en ordre. On a donc organisé des cours dans le garage.

Le cours de yoga de ce matin est une façon fantastique de commencer la journée, surtout vu toutes les choses que les parents doivent faire pour le travail et l’école à domicile.

Ça m’a mis en forme pour la journée.

Mais le camp d’entraînement intensif dure 30 minutes. Il y a une période d’échauffement de cinq minutes et une période de récupération de cinq minutes, et j’encourage toujours les gens à en faire plus pour travailler deux fois plus fort que moi.

Mais il faut aussi faire des pauses. Je pense que ça s’adresse à tout le monde.

Hier, la page Facebook avait été consultée environ 6 000 fois.

Espérons que certaines personnes trouvent ça utile.

GREG :

En prévision de cet entretien, nous avons communiqué avec des employés de Manuvie qui ont des enfants à la maison pour leur demander quelles questions ils aimeraient poser à un entraîneur personnel comme vous.

Nous espérons que vous aurez des conseils à leur donner.

DAVID :

Oui, je vais faire de mon mieux. Allez-y!

GREG :

OK, les parents ont beaucoup de pression sur les épaules, bien sûr. Les médias et les gens parlent de la nécessité de faire bouger les enfants pendant cette période d’isolement où ils ne vont pas à l’école.

Pendant combien de temps les enfants devraient-ils être actifs chaque jour?

DAVID :

Oui, je comprends très bien. Je sens bien la pression que subissent de nombreuses personnes, mais tout va assez bien en ce moment.

J’ai récemment obtenu une certification portant sur les enfants et, selon les lignes directrices officielles de l’Organisation mondiale de la santé, les enfants devraient faire 60 minutes d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse par jour, sept jours par semaine.

C’est difficile.

C’est une habitude difficile à intégrer, alors il faut compter sur certaines stratégies.

GREG :

Oui, parce que ce n’est pas quelque chose qu’ils peuvent faire simplement. Il n’est pas nécessaire que ce soit à l’extérieur, tant qu’ils font 60 minutes d’exercice, n’est-ce pas?

DAVID :

C’est exact, ça peut être n’importe quoi.

Et il n’est pas nécessaire de faire les 60 minutes d’un seul coup. Ils peuvent y aller par petits bouts.

Nous nous efforçons de structurer l’activité comme une récréation scolaire. Donc, juste avant qu’ils « voient » leur enseignant à 10 heures, nous essayons de sortir vers 9 h 30.

Simplement pour prendre un peu d’air frais, puis nous faisons une pause sur l’heure du dîner.

Puis nous essayons de faire une autre pause l’après-midi si possible.

Ensuite, on va aussi faire une promenade avec nos planches à roulettes ou en patins à roues alignées après le souper.

Ils le font par petites tranches, dans la mesure où notre famille le fait aussi. Certaines personnes ne peuvent peut-être pas se permettre ce luxe, mais c’est ce que nous faisons pour accumuler nos 60 minutes d’exercice.

GREG :

Oui, ça aussi, c’est quelque chose que je dois essayer. Il semble que ça fonctionnerait, et ça cadre avec leur école, n’est-ce pas? Ils ont l’habitude de faire de courtes pauses.

Dans la même veine que le patin à roues alignées, parce que ce n’est pas un sport que je pratique. Mes deux enfants en font, par contre, donc si je veux pratiquer cette activité avec eux, je vais devoir apprendre.

Pour le patin à roues alignées, il faut l’équipement nécessaire, bien sûr, mais de façon générale, quels conseils de sécurité donneriez-vous aux enfants et aux parents qui n’ont pas l’habitude de s’entraîner? Que devraient-ils garder à l’esprit lorsqu’ils se préparent à faire de l’activité physique?

DAVID :

Règle générale, je pense que les membres de la famille ne devraient pas y aller trop vite. Je pense qu’il faut y aller graduellement.

Il faut commencer simplement, comme la plupart des gens le font actuellement. Faites le tour du pâté de maisons en portant votre masque, allez faire une petite randonnée à vélo ou quelque chose du genre.

Trois ou quatre fois par semaine, surtout les parents, mais n’en faites pas trop trop tôt, vous devez espacer les séances.

Il vaut peut-être mieux au début faire de l’exercice moins souvent et opter pour un niveau d’intensité de faible à modérée. Ce sera plus facile d’intégrer cette base puis d’intensifier votre programme d’entraînement.

Reposez-vous et récupérez bien. Évitez de suivre à fond de train ma séance d’entraînement intensif de 30 minutes si vous n’avez pas fait d’exercice depuis deux mois parce que vous ne pourrez pas marcher pendant une semaine. Ça ne vous plairait pas de vous retrouver dans cette situation.

Aussi, n’oubliez pas l’aspect sécurité. Vous n’avez pas besoin d’entrer en compétition avec personne ni de viser des objectifs à l’heure actuelle.

Contentez-vous de bouger et de rester actif.

GREG :

En partant vraiment de la base, quels sont les exercices les plus faciles que vos enfants peuvent faire?

DAVID :

Des choses simples, comme sauter, courir, marcher, grimper. Il faut trouver des choses qui les amènent à exploiter au maximum leurs capacités de base.

Qu’est-ce qui les motive?

On joue au basketball, on fait du patin à roues alignées. On a un filet de hockey. Aujourd’hui, on est allés jouer au baseball à l’école.

On essaie quelque chose de nouveau autant que possible.

L’enseignant d’éducation physique de l’école nous a même envoyé un programme d’entraînement de base pour les enfants.

Beaucoup de pompes, de planches abdominales et de flexions des jambes. Vous savez, les anciennes séances d’entraînement de l’école.

C’est bon pour tout le monde. C’est toujours pertinent. Ces exercices comptent même parmi les plus simples.

Ne sous-estimez pas les bienfaits qu’une promenade peut avoir sur votre santé physique et mentale.

Il suffit de sortir pour faire cette promenade à pied ou à vélo, par exemple. Les choses les plus simples sont tout aussi bonnes.

GREG :

Oui, n’importe quoi, donc, pour les faire bouger.

La prochaine question nous a été posée par plusieurs employés de Manuvie; il y a en fait deux versions de cette question, mais elles signifient la même chose et valent toutes les deux la peine qu’on y réponde.

Chaque fois que j’essaie de faire bouger mes enfants, ça semble être une corvée. Comment peut-on facilement les motiver? L’autre question est : « Comment amener mes enfants à faire bouger autre chose que leurs doigts? »

DAVID :

En effet, c’est assez courant. Il est certain que la dynamique familiale est différente d’un endroit à l’autre. Je parie que si ça semble être une corvée pour le parent, ce sera la même chose pour l’enfant. Mais en faisant en sorte que les enfants participent à la prise de décision, ils trouveront peut-être l’activité plus amusante. On peut donner des exemples de ce qu’ils pourraient faire. Certains enfants ont des personnalités différentes, par exemple, un de mes enfants est vraiment compétitif.

Je me sers donc de cette caractéristique pour le faire bouger. Lorsque c’est le temps de sortir et de jouer avec lui, je titille son esprit compétitif et il s’engage à fond.

Mon autre enfant, elle, veut juste être là. Elle veut faire des choses en famille, nous devons donc trouver un juste équilibre entre ce qui les motivera tous les deux.

J’ai visité le site Web de l’organisme gouvernemental ParticipACTION pour voir ce qu’on avait organisé pour le 150e anniversaire du Canada il y a quelques années. Il y avait le défi ParticipACTION qui encourageait les gens à essayer de faire 150 exercices. La liste qui se trouve quelque part en ligne propose une grande variété d’idées.

GREG :

C’est génial.

Pour aider les gens, je vais trouver ce lien et l’insérer dans les notes d’émission du balado; je vais aussi y mettre les normes de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) dont vous avez parlé plus tôt. Je suppose que ces références se trouvent en ligne de sorte que les gens puissent les consulter au moment qui leur convient.

DAVID :

Oui, sans aucun doute. Oui, c’est sûr.

GREG :

Une autre des questions portait sur les petits espaces, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Quelles sont vos recommandations à cet égard? De toute évidence, on ne peut pas jouer au baseball dans une cour grande comme la main, n’est-ce pas?

Que diriez-vous aux parents qui essaient de composer avec ces contraintes?

DAVID :

Je leur dirais de s’enlever un peu de pression sur les épaules. On peut aussi faire beaucoup de choses dans de petits espaces.

Si on prend un programme d’activité physique, par exemple, on peut faire des flexions des jambes, des fentes, des sauts, on peut utiliser son canapé pour faire des pompes ou des pliés. On peut faire des demi-redressements assis sur n’importe quel type de sol. Tous ces exercices peuvent se faire dans de petits espaces.

J’ai vu des vidéos dans lesquelles des enseignants et des participants faisaient ces exercices dans de petits espaces.

Du yoga aussi. Vous pouvez danser avec vos enfants en faisant jouer de la musique. Ce genre de choses. J’ai vu des photos de personnes qui faisaient des flexions des jambes avec leurs chiens.

Les gens deviennent créatifs avec leurs petits espaces.

GREG :

Mon fils est presque adolescent, il a 12 ans. Il a ramassé mes poids libres ici aujourd’hui et les a emportés dans le garage pour s’entraîner. Comme il ne s’est jamais vraiment entraîné tout seul encore, je lui ai demandé ce qu’il comptait faire. Il allait tout simplement improviser.

Je ne sais pas si c’est une bonne idée pour les adolescents, mais j’ai insisté pour qu’il ait un programme, pour qu’il en trouve un en ligne plutôt que de simplement improviser.

L’utilisation des poids n’est pas quelque chose qu’on improvise.

DAVID :

En effet, c’est plus une question de sécurité qu’autre chose. Lorsqu’on fait un programme d’exercice, il est important de vérifier certaines choses, comme la posture et l’alignement.

Ce sont des choses universelles. La personne arrondit-elle le dos ou le surcharge-t-elle de poids? Sa colonne vertébrale est-elle bien plate et allongée. Ce genre de choses.

Ce n’est pas une mauvaise idée de consulter un entraîneur ou un spécialiste. On peut simplement trouver une ressource en ligne qui propose de quatre à six exercices et qui explique la façon de les faire correctement pour le groupe d’âge visé.

Oui, je suis d’accord.

C’est plus une question de sécurité. On ne veut pas qu’il se blesse.

GREG :

Et quand les parents ne savent pas non plus ce qu’ils font, c’est difficile. On peut communiquer en ligne avec de nombreux formateurs du centre de conditionnement physique de son coin.

DAVID :

Oui, et c’est souvent gratuit.

GREG :

Oui, c’est vrai aussi.

J’ai mentionné que j’avais des poids libres, mais j’imagine que beaucoup de gens doivent se rendre à leur centre de conditionnement physique pour utiliser les poids et autres appareils pour leurs adolescents et eux-mêmes.

Ils n’ont pas de poids à la maison et il peut être difficile de se rendre sur place actuellement. Que feriez-vous dans ce cas pour remplacer les poids libres? Y a-t-il des solutions de remplacement?

DAVID :

Vous pouvez faire une foule d’exercices avec le poids de votre corps.

Faites une petite recherche dans Google et vous trouverez toutes sortes d’exercices utilisant le poids du corps.

Il y a une foule de choses que vous pouvez faire.

Vous pouvez vous servir d’objets que vous avez à la maison. J’ai vu des gens utiliser des sacs à dos remplis de livres ou des sacs pleins d’objets divers.

Les livres sont probablement la meilleure option, parce qu’ils sont assez lourds. Si vous faites des flexions des jambes avec des livres, vous pouvez atteindre un certain niveau d’intensité.

Faites vos pompes en posant les pieds ou les mains sur le canapé; c’est une façon de varier l’intensité de l’exercice.

Variété. Il existe d’autres moyens. Par exemple, des sangles de suspension. Il y a la marque TRX, quelque chose comme ça. On les fixe à une porte ou on les attache à un arbre.

Il s’agit d’un système d’entraînement utilisant le poids du corps.

Faites preuve de créativité! Comme je l’ai dit, les objets que l’on a à la maison sont les plus accessibles.

Utilisez votre chien s’il n’est pas trop lourd. Préparez-vous un sac. Je parle des chiens, mais tout ce qu’on peut soulever et reposer fera l’affaire. Il peut s’agir d’une boîte de documents ou de quelque chose d’autre.

Il faut faire preuve de créativité.

GREG :

Dernière question : Avez-vous un dernier conseil pour encourager les enfants à être actifs?

DAVID :

Je vous dirais de ne pas vous laisser submerger par tout ça. Accordez-vous d’abord une petite pause, ce sera déjà très bien. Vous enlever un peu de cette pression sur les épaules qui vous incite à faire toutes ces choses tout de suite contribuera à améliorer votre santé mentale et physique.

Soyez bienveillant envers vous-même en vous permettant de faire de petits gestes à la fois.

Passez du temps en famille, faites-en une activité d’équipe. Il suffit de faire de petites séances à la fois. Je pense que c’est mon sentiment général en ce moment.

GREG :

Oui, j’aime vraiment vos idées. Deux choses que je retiens le plus personnellement : la première est de faire de petites séances à la fois, un peu comme des récréations, et la deuxième est de donner le choix à nos enfants. Pour conduire l’autobus de façon métaphorique.

Je vous remercie, cette discussion a été très instructive pour moi.

Et je pense que les parents qui ont posé les questions ont beaucoup appris, eux aussi, et je suis sûr que c’est la même chose pour beaucoup d’autres parents, alors je vous suis reconnaissant d’avoir bien voulu faire preuve d’humanité aujourd’hui.

DAVID :

Merci beaucoup, Greg. J’espère vraiment que ces conseils seront utiles. J’ai hâte de savoir comment les choses se sont passées.

Prenez soin de vous.

GREG :

Prenez soin de vous aussi. 

CONCLUSION

Nous vous remercions d’avoir écouté le balado Faire preuve d’humanité.

N’oubliez pas de vous assurer que votre médecin approuve les activités physiques que vous pratiquez.

Consultez la page Facebook de Manuvie pour connaître les nouveaux étirements de yoga proposés par Kristy le mardi et la séance d’entraînement animée le jeudi par David.

De plus, si vous souhaitez obtenir des renseignements plus importants au sujet de la COVID-19, veuillez visiter le site manuvie.ca et cliquer sur le lien menant à notre page sur la COVID-19.