Les grands-parents ont des liens particuliers avec leurs petits-enfants. Ils partagent leur sagesse et leurs histoires avec leurs petits-enfants avides de les écouter, et il leur arrive de les gâter en leur donnant des friandises glacées avant le souper.

Si vous le pouvez, vous pouvez faire des plans pour laisser un héritage à vos petits enfants. L’un des meilleurs moyens de leur préparer un brillant avenir est de contribuer au financement de leur épargne-études. 

Quatre stratégies qui peuvent vous aider à faire un choix de placement intelligent pour vos petits-enfants.


1. Coordonnez vos cotisations à un REEE avec celles de vos enfants adultes.

Les régimes enregistrés d’épargne-études (REEE) sont spécialement conçus pour aider les parents et grands-parents à épargner pour les études d’un enfant. Ils offrent diverses possibilités :

Un enfant peut être le bénéficiaire de plus d’un REEE. Toutefois, comme il y a un plafond de cotisation à vie de 50 000 $ par enfant, faire le suivi pour divers régimes peut être compliqué. Déterminez si vos enfants ont ouvert un REEE pour vos petits-enfants, puis coordonnez vos cotisations avec les leurs.


2. Donnez à vos enfants adultes l’argent nécessaire pour cotiser.

Au lieu de cotiser directement au REEE, vous pourriez donner de l’argent à vos enfants pour qu’ils versent des cotisations plus élevées au REEE de leur enfant. Cela peut vous mettre à l’abri de l’impôt si votre petit-enfant décide de ne pas faire d’études postsecondaires. 


3. Ajoutez un CELI comme complément à votre REEE.

Supposons que vous prévoyez affecter un montant précis à l’épargne-études d’un de vos petits-enfants — par exemple, 30 000 $ — et que vous disposez des fonds nécessaires maintenant. Pour maximiser la SCEE (en supposant que personne d’autre ne verse des cotisations au nom de votre petit-enfant), vous pouvez :

De cette façon, vous profiterez d’une croissance de l’épargne à l’abri de l’impôt pendant que l’argent attend d’être versé au REEE. Cela peut faire une grande différence dans le montant dont votre petit-enfant disposera pour financer ses études. 


4. Versez un complément au CELI de votre petit-enfant.

Quand vos petits-enfants auront 18 ans, ils pourront ouvrir leur propre CELI. Si leurs fonds d’épargne-études nécessitent un complément, c’est un excellent véhicule pour le faire. 

En plus d’offrir une croissance de l’épargne à l’abri de l’impôt, les fonds retirés du CELI peuvent être utilisés à n’importe quelle fin — contrairement aux fonds d’un REEE qui doivent servir à payer les dépenses liées aux études. Ces fonds constituent donc une source flexible de fonds pendant que vos petits-enfants font leurs études. 

Qu’arrive-t-il si vos petits-enfants n’utilisent pas l’argent de leur CELI pour financer leurs études? Vous les aiderez à adopter l’habitude d’épargner et d’investir toute la vie — et c’est en soi un héritage.

En savoir plus sur ce sujet :

Régime enregistré d’épargne-études : Épargner en prévision des études de vos enfants

REEE : le risque de la cotisation des grands-parents (8 pages PDF)

Contribuez au financement des études postsecondaires de vos petits-enfants (2 pages PDF)

Avez-vous des questions?

Communiquez avec nous